TOPRAUSO
contact@toprauso.fr
Toprauso

Tout problème a une solution

Naviguez paisiblement, ce site ne contient aucune publicité ni annonce.

Peu importe, il n'est pas cher

La promesse d'un monde moins cher

Voici un sujet intéressant d’un point de vue économique.
La promesse d’un prix imbattable qui permettra à chacun d’acquérir des possessions ou des services pour augmenter son pouvoir d’achat. Tant que tout se passe bien, ça va !


Prenons l’exemple d’une célèbre compagnie d’aviation :
- Un billet A/R sur une destination européenne moins cher qu’un péage autoroutier : idéal pour passer un super week-end. 
- A ce modique tarif la compagnie surfacture le supplément bagage, boisson, repas, toilettes, journaux car il faut bien qu’elle gagne de l’argent.
- Le personnel de bord est peu payé, doit acheter sa tenue, possède un contrat de travail low cost (idéal au moment de la retraite), entretien d’embauche payant, couverture sociale minimale, etc.
- Heureusement qu’il y a des organismes de sécurité aérienne pour contrôler au moins l’état de l’avion, sinon ce serait aux passagers de se cotiser pour faire le plein de carburant avant de repartir (ça me rappelle vaguement une histoire !).

 

En quoi suis-je concerné par le sort du personnel puisque je paie une misère mon billet d’avion ?
La réponse est simple : 

  1. Si l’on poursuit dans cette voie chacun d’entre nous, puis nos enfants, devront accepter ces conditions de travail quelque soit l’entité pour laquelle nous exerçons. Les autres entreprises n’auront pas d’autre choix que de baisser leurs coûts pour rester compétitives. Ce phénomène a déjà commencé.
  2. Cela engendre moins de rentrée fiscale pour le pays donc moins de redistribution : Les inégalités se creusent. Hôpitaux, scolarité risquent à terme de devenir très coûteux pour conserver une qualité de service. 
  3. Lorsque il n'y aura plus de marges de manœuvre dans le système "low cost" pour conserver une rentabilité acceptable, ils devront trouver :

soit des solutions commerciales encore plus agressives et rogner dans l'offre.

soit restreindre drastiquement les conditions de travail, encore et encore. Au détriment de qui ?


La finalité de l’histoire : tout le monde en sort perdant sur le long terme !

 

Le consommateur qui privilégie le bas coût à outrance, au détriment d'un prix équitable, contribue à sa propre précarité. Il perdra du pouvoir d’achat sur le long terme. Tôt ou tard, son salaire, son emploi et sa condition de travail finiront par en être impactés. Et je n’aborde pas le problème écologique lié à l’accumulation de déchets due aux produits bons marchés observables dans une déchetterie.  

Il est normal de vivre dignement de son travail (nous en prenons conscience avec les agriculteurs). Le consommateur, lui même salarié quelque part, doit comprendre qu’il est dans l’intérêt de tous, donc du sien, de payer un produit ou un service à sa juste valeur.

 

Beaucoup pensent faire des économies en comparant 2 prix. En général, ils choisissent le moins cher. Ils  jettent ce produit peu après la garantie, faute de pouvoir le réparer (pas de pièces de rechange ou réparation pas rentable). Ils rachètent un nouveau produit neuf, avec la même idée, celle d'avoir fait "une affaire". 

Le recyclage de ces déchets prélève uniquement les pièces intéressantes économiquement. Le plus gros de ces déchets polluent nos océans, nos nappes phréatiques, et nos sols.

 

 

Bien entendu, je connais également des propriétaires de matériel* low-cost qui en sont ravis, dépassant de loin la durée de vie de marques plus prestigieuses. Pour ces cas, l’explication demeure concrète et logique du point de vue des fabricants, des marques, des sous marques appartenant au même groupe; bref un monde opaque, évoluant au gré de la finance, de la conjoncture ou du marché visé. Car il ne faut pas oublier que le marketing est un métier en constante évolution. Il a toujours un temps d'avance.


"Et si mieux consommer devenait un métier également ?"